college culinaire 2019.JPG
Maria et Sylvain

La ferme Bocca

meggyn-pomerleau-ofAvwoZBTLI-unsplash_li

Bocca, l'autonomie gourmande.

La ferme de Sylvain et Maria s’appelle Bocca et il n’y a rien d’anodin dans le choix de ce nom-là. Bocca en corse, c’est le col des montagnes. La montagne, c’est ce qui fait la spécificité de leur exploitation, et Sylvain en est passionné depuis toujours. Mais Bocca a un double sens, celui de la bouche. Celle qu’on éduque, celle qu’on nourrit de produits gourmands et puis celle qu’on embrasse aussi, comme une représentation de leur union, elle apicultrice et lui safranier, à la ferme comme à la vie.

« En fait, on crée les produits qui nous plaisent, qui nous viennent à l’esprit, ceux qu’on a envie de retrouver

à notre table »

Le safranier

Les parcelles de production sont situées sur la commune de Cozzano, à 750 mètres d’altitude, au pied d’une chaîne de montagnes granitiques traversée par le fameux GR20 et dominée par la Punta della Capella (2041 m.).

 

Le fleuve du Taravo draine les eaux de source limpides qui jaillissent aux contreforts de ces falaises acérées et parcourent les forêts centenaires de hêtres, de châtaigniers, de chênes verts et de pins lariccio. Il se jette dans la mer au cœur du golfe du Valinco.

 

Cette large et verte vallée offre un environnement d'une grande pureté et une terre d'origine granitique, de tout temps exploitée dans la basse vallée pour ses qualités fourragères et productives.

 

Le socle granitique est parcouru dans ses profondeurs par les eaux thermales qui alimentent la source de Guitera-lès-Bains

« Ce qu’on veut éviter à tout prix, c’est la logique agricole standard. Nous, on a envie de valoriser au maximum nos trois hectares de terrain avec une poly-production et une gamme la plus large possible, sur des quantités

limitées. »

Le rucher

Nos ruches sont positionnées à l’année au cœur d’une châtaigneraie de la région du Haut-Taravo, à 750 mètres d’altitude.

 

Nous privilégions une conduite sans transhumance pour ménager le cheptel.

 

Le climat de montagne – aux hivers bien marqués - offre des conditions sanitaires favorables et un environnement moins soumis aux sécheresses estivales (qui touchent fortement la Corse ces dernières années).

 

La courte période de floraison de la végétation de moyenne montagne, nous oriente vers une production de miel plus faible, et destinée principalement à la conception de produits dérivés (confitures, vinaigres).

Le travail d'élevage effectué sur le cheptel tend à sélectionner les ruches adaptées à leur milieu.

 

Dans cette même logique, nous orientons la production de notre rucher vers d’autres produits de la ruche, favorisés par son environnement boisé : pollen (principalement de châtaigner), propolis (issue de la résine de l’écorce et des bourgeons de certains arbres de la forêt).